À Varsovie, ils préparent la guerre. Sortons de l'OTAN !

 

Communiqué de Presse
du collectif « Sortons de l'OTAN »

Lire

Un appel a été lancé le 18 juin dernier, pour avertir nos responsables politiques des risques gravissimes que posent la politique d’encerclement, menée par l’OTAN contre la Russie en Europe de l’Est, et la volonté de cette institution de renforcer encore ces mesures lors du Sommet de l’OTAN qui s’ouvre aujourd’hui à Varsovie.

Cet appel non-partisan, initié par Solidarité & Progrès et rejoint entre-temps par d’autres associations devenues partenaires (RPS Fiers, AFL, Institut Schiller, Entrer en résistance, Les clés de l’Europe), exige que la France ne participe pas à ce sommet, qu’elle y joue la politique de la « chaise vide » et saisisse cette occasion pour annoncer sa décision de quitter, une fois de plus, cette institution qui n’a plus aucune raison d’être et qui menace aujourd’hui la paix mondiale.

Plus de 3000 citoyens français ont signé cette pétition, soit sur internet, soit lors des rassemblements organisés dans les principales villes de notre pays, les 18 juin et 2 juillet derniers.

Force est de constater cependant, au moment où démarre ce Sommet, que nos responsables n’ont pas tenu compte de nos préoccupations. Conscients des dangers et ne voulant pas emboîter le pas aux pays d’Europe de l’Est dans leur surenchère, les principaux pays membres de l’OTAN en Europe, dont le nôtre, ont pourtant fini par céder en tout aux pressions américaines. A Varsovie, ils dénonceront donc en chœur « l’agression russe » et adopteront une politique dite de « solidarité tranquille » envers l’Europe de l’Est, au nom de laquelle seront déployés quatre bataillons multinationaux de 600 à 1000 hommes, en rotation dans les pays Baltes et en Pologne. Multinationaux, car en cas d’attaque, cela permettra de justifier le recours à l’article 5 du traité de l’OTAN, qui exige la solidarité entre tous les membres pour riposter. Ils ont accepté, enfin, et le déploiement d’un système anti-missiles aux frontières de la Russie, et une coordination plus étroite entre une UE, de plus en plus désavouée par les citoyens, et les offensives de l’OTAN.

Au moment où la crise politique et financière pousse « l’Occident » à vouloir réaffirmer sa puissance par les armes, nous, Collectif anti-OTAN, maintenons les exigences de notre appel et renouvelons notre demande, restée lettre morte, d’être reçus en audience à l’Elysée pour pouvoir accroître la portée de cet appel.

Pour toute information complémentaire :  AAAAAAAAAAAAAAAHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHH!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!  Replier

Le prochain sommet de l'OTAN à Varsovie, les 8 et 9 juillet, s'annonce comme une provocation de plus contre la Russie. Par cet appel, les signataires entendent dire « stop » à cette escalade nucléaire avant que l'irréparable ne soit commis !


L’heure est grave. Une nouvelle crise de missiles se prépare contre la Russie, image miroir de celle qui avait conduit en 1962 l’Union soviétique à déployer des missiles à Cuba, aux portes des Etats-Unis. La situation s’est inversée : à l’époque l’OTAN luttait contre le Pacte de Varsovie ; aujourd’hui, elle se réunit à Varsovie !

Ainsi, nous soussignés, constatons que nous sommes devant une politique d’encerclement provocatrice :

  1. élargissement continu de l’OTAN aux frontières de la Russie, malgré les garanties données par les Occidentaux à Gorbatchev en 1989 que ceci n’aurait pas lieu ;
  2. déploiement d’un bouclier de défense anti-missile Aegis en Roumanie, en Pologne, en Turquie, en Espagne. Dotées de systèmes de lancement MK41, ces armes peuvent être utilisées pour des missions de défense (anti-aérienne, anti-sous-marine, antinavire), mais aussi pour des missions d’attaque contre des objectifs terrestres ;
  3. déploiement dans les pays Baltes, en Pologne et en Roumanie, par rotation, de quatre régiments de mille hommes chacun et d’équipements militaires permanents ;
  4. constitution d’un front « nordique » contre la Russie, regroupant des membres de l’OTAN (Danemark, Islande et Norvège) ou de son Partenariat pour la paix (Suède et Finlande).
  5. modernisation des armes nucléaires tactiques de l’OTAN en Europe (B61), qui vise, comme l’a dit la senatrice américaine Dianne Feinstein le 25 mars dernier, à les rendre «plus utilisables et à nous aider à combattre et à gagner une guerre nucléaire limitée»

Pour mettre fin à cette menace nous exigeons :

  1. que le gouvernement français joue la « politique de la chaise vide » au prochain sommet de l’OTAN à Varsovie ;
  2. qu’il annonce sa décision de quitter cette organisation qui n'a plus aucune raison d’être.

Nous appelons la France à créer les conditions du retour à un ordre de paix dans le monde, fondé sur la coopération « gagnant-gagnant » proposée par les BRICS, auquel l’Europe et les Etats-Unis ont tout intérêt à se joindre.

Les moyens que nous avons engagés au XXe siècle pour la guerre, mobilisons-les aujourd’hui pour la paix par le développement mutuel !


Veuillez remplir le formulaire ci-dessous pour signer l'appel.

Votre prénom* : 
 
Votre nom* : 
 
Votre profession : 
 
Organisation / mandat : 
 
Votre ville* : 
 
Votre code postal* : 
 
Votre email* : 
 
Votre téléphone : 
 
Message éventuel : 
 
 
* Champs obligatoires

À vous de jouer !

 

Partagez !

PDF

infos